C'est l'histoire d'une fontaine perdue au milieu d'une place de théâtre ;

« Que fais je ici ? » s'interroge t elle « Une fontaine n'est elle pas là pour désaltérer et abreuver les assoiffés ? Au lieu de ça, je passe mon temps à me faire quémander des souhaits, souvent irréalisables, par des badauds de passage, pour au final avoir mon fond de cuve plein de pièces d'or et de cuivre qui s'érodent avec le temps... Ma matière s'altère, et mon eau ne se renouvelle pas ! »

 

Elle n'en a cure de ces rires échevelés, de ces comédies de boulevard qui se jouent sur sa margelle ! Des « je t’aime » par ci, des « pourquoi pas » par là, tout se joue près d'elle !

Les mains dans ses eaux, de jeunes femmes acceptent le frôlement d'un baiser ;

Le regard perdu, les amoureux esseulés déversent leur chagrin en son sein ;

Les premières chaleurs, on s'y trempouille les pieds ;

Mais jamais personne ne s'y désaltère...

 

Un merle qui passait par là s'arrête devant un rectangle de bois et lui demande :

« Depuis quand n'es tu pas potable ? »

« Comment cela ! » s'indigne la fontaine « Comment peux tu affirmer telle sottise ? »

« Je n'affirme rien »lui répond il calmement « Je ne fais que lire ce que cet écriteau affirme ! EAU NON POTABLE, voilà ce qui y est inscrit... »

Et l'oiseau s'envole.

 

Alors la fontaine comprend la raison pour laquelle personne ne s'y désaltérait ; ce n'était ni parce qu'elle était mauvaise ou non attirante, c'était juste parce qu'elle n'avait pas l'autorisation d'être bue.

Un grand soulagement l’envahit et elle put enfin accueillir avec joie les badauds, leurs souhaits et la comédie de la vie.