Alors que la saison de la dormance arrive à grands pas, Mme la marmotte en profite pour achever hâtivement tout ce qu'elle prévu de réaliser sur son interminable liste qu'elle tient enroulée sous un bras.

Ainsi elle n'a plus qu'un seul bras pour réaliser toutes ces fameuses tâches qu'elle s'est planifiées ; ce qui ralentit sa vitesse de réalisation bien entendu...

Ne pouvant se mettre sur 2 pattes qu'en état de stress ou du moins de grande vigilance, la marmotte s'effraye régulièrement pour un tout petit quelque chose et voir même pour un rien.

Elle en oublie l'utilité de se poser un peu la nuit.

« De toute façon, je vais bientôt m'endormir pour plusieurs mois, et là, j'aurai largement le temps de me reposer, en long, en large et en travers ! » se rassure t elle

 

Les derniers jours et nuits de l'automne s'éclipsent et voilà l'hiver qui arrive

« Déjà ?? » s'étonne la marmotte « Mais je n'ai pas réalisé tout ce qui était prévu que je fasse ! »

 

Mais sa nature même de marmotte prend vite le dessus, et la voilà qui commence à bailler, à tituber, à chanceler.

Un dernier frisson d'inquiétude la traverse lorsqu'elle prend conscience que prise dans sa liste de choses à faire, elle n'a pas cherché de logis pour l'hibernation !

Et c'est les yeux déjà embrumés de sommeil, qu'elle entre dans une grotte à peine aperçue, sans prendre garde...Épuisée, elle s'endort aussitôt, juste sur le pas de l'entrée, sans prendre le temps de faire le tour de l'antre...

« S'il y a déjà un habitant dans cette grotte, au moins, je serai tout près de la sortie et je pourrai m'échapper en un rien de temps ! » se dit elle en choisissant cette place et en se promettant de ne dormir que d'un œil.

 

Et le vent de l'hiver commence à souffler, et balaye de plus en plus la tanière, faisant frissonner la marmotte ;

Et les flocons de neige l'enveloppent peu à peu ;

Et la pluie glacée se glisse sous son corps pelotonné.

 

Ainsi se passe l'hiver, fait de réveils successifs dus aux éléments, au froid et à l'inconfort.

Lorsque le printemps pointe le bout de ses rayons ensoleillés, la marmotte resterait bien endormie mais elle entend des petites voix derrière elles et sent de de douces caresses la secouer.

« Il n'est que temps de te lever grande marmotte ! Merci de nous avoir protégés de la pluie, du vent et de la neige, mais tu sais, nous étions bien au chaud, tout au fond de la grotte, pelotonnés les uns contre les autres. Il ne nous serait de toute façon rien arrivé de fâcheux, sois en certaine ! »

Et les 3 petits loirs lui font un gros câlin et partent s'amuser dans la prairie fleurie

 

La marmotte prend alors conscience que cette caverne était juste habitée par sa peur qui l'avait obligée à dormir dans l'insécurité et l'inconfort

Et que s'il elle ne s'était pas imposée de faire tant de choses hâtivement, elle aurait pu prendre le temps de visiter l’endroit avant d'hiberner, comme l’avaient fait les petits loirs

« Je vais les suivre ces petits, ils sont bien plus malins que moi ! »

 

Et la liste des choses à faire, me demanderez vous, où est elle ?

Et bien la pluie, le vent et la neige ont eu raison d'elle pendant tout l'hiver