C'est l'histoire d'une pâquerette dans un champs de prêles.

« Jamais je ne pensais retrouver ma famille depuis qu’un enfant m'a arraché à mon jardinet » dit elle à ses consœurs avec reconnaissance.

« Je suis si heureuse d'être parmi vous » confie t elle à sa voisine de droite

« Et de pouvoir partager votre terreau » avoue t elle à celle de gauche

« La vérité, c'est qu'elle n'a que nous » chuchotent les prêles entre elles

« Sûr, quand on pense qu'elle n'a même pas de racines ! » pouffent elles

 

Mais la petite pâquerette est loin de tous ces dires, elle est juste heureuse d'être là, parmi ces grandes et longues tiges, si rigides et solides

« Vous avez l'air si solides et fières » admire la pâquerette « qu'on dirait des reines ! »

 

A ces mots que le pâquerette pensait aimables, un vent de scandale souffle dans le marais

«  Comment peut on être aussi inconsciente pour vociférer de telles idioties ! »

Au scandale succède bientôt la panique

« Et si la malédiction s'abattait encore sur nous ? » s'inquiétaient les prêles

 

A ces mots, un frémissement venu du ciel parcourut les tiges élancées, qui se rapprochèrent les unes des autres

Les feuilles qui tombaient des arbres devinrent brunes, les pas des animaux qu'elles chatouillaient au passage se firent plus rares et les rats de villes s’abattirent sur leurs racines

Un engin de fer les attrapèrent de ses grandes dents d'acier ; elles furent arrachées à leur terre, transportées, secouées avec violence.

Et puis, le calme revint ; l'engin de fer les avaient déposées dans un charmant petit jardinet

Un silence éblouissant les envahissait jusqu'à ce qu'une toute petite voix le rompit

« Mais c'est chez moi ! » s'exclama la pâquerette « oui, c'est bien chez moi »

 

« Bienvenue petite fleur » lui sourit une dame au cheveux d'argent « je vois que tu as su te trouver des amies. Je savais que tu remplirai ta mission avec succès, c'est pour cette raison que je t'avais déposée là bas »

Elle lui présenta un petit verre d'eau dans lequel la pâquerette plongea la tige ; elles partirent toutes les deux, discutant telles de vieilles amies

Quant aux prêles, elles ont trouvé leur reine : la pâquerette, qui a su les conduire vers si beau jardin